divendres, 1 de juny de 2012

IL N'EST PAS FACILE DE PARTAGER LA TRISTESSE

7.
Il n'est pas facile de partager la tristesse,
la substance qui est en elle
forme un bouchon.
Jamais on ne sait où
elle peut exploser
et jeter derrière elle
les morceaux de bonheur
qui restaient dans les poches
du vieux manteau qui couvre,
rechauffe et apporte des cuillerées de chaleur    
en l’hiver qui nous envahit.
Ne notes tu comment il fait froid 
depuis que le père est mort?
C'est comme si lorsque le fossoyeur ouvre la niche
où reposait  le grand-père, et maintenant où ils y sont tous les deux,
aurait sorti comme une trombe d’eau
tout la glace de  la mort
et aurait innondé champs, montagnes,
jusqu’au bord de la mer,
jusqu’au bord de la maison où ils ont habité
jusqu’au bord de nos cœurs où ils sont toujours.
Un chat est mort aujourd'hui à la porte,
Je ne sais pas ce que les enfers ont voulu
me predire de telle façon les oracles.
Je suis un homme avec un cœur trop tendre,
et la tristesse est si forte et intense.
Je m'inquiète le plus
du caractère éphémère de la vie,
et le fait de n’avoir jamais pu être
ami de mon père,
le père que je ne reverrai pas plus.
Je me tais, la douleur s’est installée  
dans ma cage thoracique
et je note qu’elle y est à l'aise,
elle est devenue une locataire
qui me paie religieusement
avec une tristesse lourde et amère.
Il n'est pas facile de partager la douleur,
Pas non plus écrire pour partager un poème,
et les vers et la tristesse forniquent
et me libérent de la peine
pendant quelques légers instants.



7.
No és fàcil compartir la tristesa,
arrossega amb ella substàncies
que conformen un tap.
Mai no s’endevina per on
pot esclatar
i dur-se al seu darrere
els bocins de felicitat
que restaven en les butxaques
del vell abric que ens cobreix
i aporta cullerades de calor
en l’hivern que ens ha envaït.
¿No t’has adonat del fred que fa
des que el pare va morir?
És com si en obrir el fosser el nínxol
on descansava l’avi, i ara ho fan tots dos,
haguera eixit com una trompa d’aigua
tota la gelor de la mort
i haguera negat camps, muntanyes, ciutats
fins a la vora del mar,
fins a la vora de la llar on van viure
fins a la vora dels nostres cors on encara hi són.
Un gat a mort avui en la porta de casa,
no sé que dimonis hauran volgut
predir-me d’aquesta manera els oracles.
Sóc un home amb el cor massa tendre,
i la tristesa és tan forta i intensa.
Em preocupa d’allò més
la fugacitat de la vida,
i el fet de no haver pogut mai ser
amic de mon pare,
el pare que mai més veuré.
Calle, el dolor s’ha instal·lat
en la meua caixa toràcica
i note que es troba a gust,
s’ha convertit en un llogater
que em paga religiosament
amb una amarga i feixuga tristesa.
No és fàcil compartir el dolor,
tampoc escriure per compartir un poema,
i els versos i la tristesa forniquen
alliberant-me de la pena
durant uns lleus instants. 

*****
(Traduction: Enric Sanç i Ferrandis
Du recueil de poemès Hores baixes de Manel Alonso i Català )